Littératures

Récit, roman et nouvelles



Valérie explore pour vous les littératures, ici le récit d’un fait divers, un roman et un recueil de nouvelles: 
 

Carnaval de Hector Mathis (Buchet-Chastel)

Lorsque Sitam apprend sa maladie, il quitte du jour au lendemain la banlieue pour Paris, laissant Capu, sa douce, et ses potes. Mais le décès d'un ami l'oblige à revenir dans sa banlieue,la grisâtre, comme il l'appelle. Il retrouve alors ses anciens compères. Souvenirs et flashback d'une adolescence perdue se confrontent à ce présent douloureux. Chacun va vivre ce deuil à sa manière, mais c'est ensemble qu'ils feront leurs adieux à cet ami disparu.
Une écriture libre, brute et imagée. Une galerie de portraits émouvants et contrastés. Un réalisme noir mais pas dénué d'humour et de poésie. 
Je parcours des continents courbés. Le froid joue sur mes côtes. Des chemins sinueux m'invitent au délire, à disparaître entre les branches et les roches. On se croirait juste avant la mort, sur les dernières collines du monde. J'entends les corneilles s'agiter, tout au-dessus du brouillard. Leurs croassements déchirent le silence. C'est étonnant comme le parc se confond avec la nuit. Les chemins, les arbres et la brume s'imitent pour tromper l'esprit.

Cliquer ici pour commander

 

Du bleu dans la nuit de Jean-Charles Chapuzet (Marchialy)

Dans son dernier roman "Du bleu dans la nuit" Jean-Charles Chapuzet revient sur un fait divers, le kidnapping d'une petite fille en 2004 à Jonzac (Charente Maritime). 14 ans plus tard, l'auteur interroge les enquêteurs et gendarmes locaux en charge de cette affaire et rencontre les journalistes et les différents témoins de l'époque. Il raconte l'intervention des politiques comme celle de Nicolas Sarkozy alors ministre de l'intérieur et de Ségolène Royal en campagne régionale.
Ecrit comme un polar, ce roman sombre et rythmé nous plonge dans un milieu rural peu connu. Toute la dernière partie du livre retrace l'arrestation et l'incarcération du criminel mais aussi son profil psychologique et ses antécédents familiaux violents. Entre documentaire et fiction ce récit d'investigation résonne comme le De sang-froid de Truman Capote !
 Le soir du 10 février 2004, c'est le branle-bas de combat dans la cité charentaise. Une enfant a disparu. Pire, selon les premiers témoignages de voisins, elle a été enlevée. Un homme s'est arrêté en voiture, il est sorti de son véhicule, s'est emparé de la fille et l'a mise dans le coffre avant de s'enfuir dans un crissement de pneus. Il était 17h40. Derrière sa baie vitrée, une voisine croit d'abord à quelqu'un de la famille qui se chamaille avec la petite, puis elle comprend et hurle : «On enlève Mona-Lisa !» Elle sort, se met à courir, mais c'est trop tard.

Cliquer ici pour commander

 

Histoires bizarroïdes de Olga Tokarczuk (Noir sur Blanc)

10 nouvelles, autant d'histoires inquiétantes et déstabilisantes sur la vie, la mort, le désir d'immortalité, sur les peurs aussi et la crainte de l'autre. Bref sur l'humain, sa perception qu'il a de lui-même, du monde extérieur et du vivant en général.
Que cela soit dans un passé, un présent, un futur proche ou lointain, la romancière nous bouscule subtilement et nous plonge tout au long de son recueil dans des univers à la frontière de l'étrange, ce lieu où il n'y a pas toujours de réponse et où l'équilibre reste fragile.
 
Voici à quoi cela ressembla : Un radeau s'engagea sur le lac à la hauteur du bâtiment du Transfugium. Pas un radeau à vrai dire, mais juste une plate-forme. Dirigée à distance, elle vogua avec assurance vers l'autre rive, là où aucun être humain ne pouvait accoster. Vers le "Coeur". Au départ, ils aperçurent à peine un mouvement et le sillage sur l'onde troublée, mais lorsque le ciel s'éclaircit suffisamment pour se refléter dans l'eau, ils la virent nettement. Animal immobile pareil à une statue avec la tête inclinée. Loup.
La bête se retourna, regarda un moment dans leur direction, le museau baissé, puis l'ombre de l'autre rive l'avala complétement.
 Extrait de Le Tranfugium
Tandis qu'ils pénétraient dans les cours des Cliniques, de ses doigts tremblants, Ilon finissait de boutonner son manteau enfilé à la hâte. Il avait l'impression désagréable que l'obscurité tombait plus vite que d'habitude. Jusqu'aux fenêtres des Cliniques, habituellement lumineuses, qui étaient jaunâtres et comme opaques. Toute la cité, elle aussi, voyait ses contours disparaître dans la pénombre. Les ténèbres s'abattaient rapidement, mais, cette fois, de façon définitive.
Extrait de Le Calendrier des fêtes humaines

Cliquer ici pour commander


Pratiques | Littératures | Arts | Essais | Catalogue de Noël



Bienvenue sur le site web de la Librairie Nouvelle d’Orléans, plus ancienne librairie d’Europe.
Fondée au XVIe siècle, elle offre...
Abonnez-vous à notre Bulletin hebdomadaire.
Chaque lundi, vous serez les mieux informés des manifestations culturelles en cours ou évènements à venir.
Suivre
Facebook
Instagram
Twitter
Citation